La Créativité, l’expression du vivant et les conséquences de sa répression

Vivant donc Créateur !!!

Les ateliers d’expression tels qu’ils sont menés à Coxinailes (sans jugement, bienveillance, foi en la créativité humaine) invitent l’Homme d’aujourd’hui à modifier sa vision de la créativité. Celle-ci n’est pas l’apanage de certains nantis, chanceux. De même, elle n’habite pas uniquement l’esprit mais réside dans l’existence même de l’Homme. Sa vie propre est son oeuvre d’art. Avec cette vision, l’Homme réhabilite et assume sa grandeur, sa lumière, il met fin à la dissociation entre l’Homme et son oeuvre.

création et vivant
Salvador Dali : Galatée aux sphères

La société a souvent une vision élitiste de la créativité et des créateurs, étudie l’encodage sélectif, la pensée divergente, la flexibilité, le quotient intellectuel, les traits de personnalité des créateurs, les motivations… Elle classifie, code, organise, catégorise et ne laisse aucunement la place à l’extraordinaire de chaque geste de la vie quotidienne. En séparant ainsi le geste de l’émotion qui l’a créé, la civilisation actuelle réprime la fonction naturelle de la créativité.
La créativité existe en potentiel au fond de chacun de nous, c’est le génie de l’espèce humaine. Il s’agit donc de faciliter, et non pas d’enseigner ou de réprimer l’acte d’innover.

Créativité et Répression

créativité et vivant
La femme qui pleure
Picasso

Si un Picasso ou un Dali ne s’étaient pas affranchis de certains codes, de régles, auraient-ils pu donner naissance à leur oeuvre ?

La répression de la créativité a des conséquences énormes et catastrophiques sur le rapport de l’individu à la réalité. S’il n’est plus capable d’innover dans le monde, d’amener sa singularité, sa signature alors la pulsion de vie devient pulsion de mort et l’aptitude de l’homme à vivre en société est fortement compromise.
Les répercussions de cette répression sont alors :
– Une dissociation entre affect et réalisation : l’intérieur de l’homme et son extérieur sont séparés créant une sorte de paralysie,
– Une mécanisation : sans connexion avec lui-même, l’homme ne fait que répéter ce que la société impose, sa vie perd de son sens.
– Une décompensation et une perte de l’homéostasie : un arrêt de la fluidité de la vie dans l’existence de l’individu perturbe fortement l’autorégulation de l’organisme, donnant lieu à des maladies psychosomatiques.
– Une dépersonnalisation : sans la créativité, l’individu n’est plus en mesure de tracer sa propre route et dès lors, il ne peut plus être sensible à celle des autres.
Dès lors, qu’en est-il de notre élan vital avec toutes ces conséquences ?

Créer : un acte du vivant ?

L’art fait alors souvent irruption dans la vie d’un être humain comme une tentative désespérée de survie et non plus comme l’expression de l’acte de vivre ( cf les nombreux artistes célèbres torturés !).
Tout individu porte en lui une richesse, un potentiel qui ne demande qu’à se laisser voir, qu’à prendre forme dans la vie et la fonction créatrice permet alors l’expression de cette « surabondance ». La créativité trouve son expression aussi bien dans une peinture d’un célèbre artiste que dans une préparation culinaire, un jardin ou l’acte sexuel.

Alors et vous ? où en êtes-vous de votre créativité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *