Se sentir vivant grâce à la création, du Jeu au Je

« Qu’est-ce qui fait que l’individu se sent « vivant » ?

          Du jeu au je !!! Voilà toute l’expérience de mon métier d’art thérapeute. J’ai pu observer depuis 15 ans comment du jeu (émergence de formes libres par la création avec la matière), possible dans un espace transitionnel (ni en dedans de nous ni en dehors de nous : voir Winicott, Jeu et Réalité) « recréé », advient le sujet, celui qui « est ». Le « je » se construit petit à petit dans cette expérience de mise en forme de la matière, l’identité trouve ses contours et peut émerger puis se renforcer. 

         La création, c’est toute une attitude face à la réalité extérieure, un mode créatif de perception qui donne à l’individu le sentiment que la vie vaut la peine d’être vécue par rapport à une relation de soumission à la réalité extérieure où l’individu doit s’ajuster et s’adapter avec dès lors un sentiment de futilité où rien n’a d’importance.

se sentir vivant grâce à la création
une nature créative ?

La Créativité : un potentiel à toutes épreuves ?

« Dans des situations de vie extrêmes (camp de concentration, persécutions politiques…), seules certaines personnes continuent à rester créatives, ce sont celles qui souffrent, qui conservent cette part d’humanité en elles. » D.W. Winnicott

          La destruction complète de la capacité de l’individu à vivre une vie créative semble impossible, il existe toujours en lui une vie secrète. Elle peut cependant être insatisfaisante car cachée, non exprimée, et alors elle ne s’enrichit pas au contact de l’expérience de la vie ! La pulsion créative existe en chacun qui pose un regard sain sur tout ce qu’il voit ou qui fait volontairement quelque chose pour en goûter la saveur.

         Quand quelqu’un arrive dans mes ateliers ou dans les entretiens individuels que je propose, je ne doute jamais de sa capacité à jouer, à créer. Je sais qu’il me suffit juste de lui offrir un espace « transitionnel » qui n’est ni dedans ni dehors, que nous allons créer ensemble dans une confiance s’installant dans le temps. L’espace offre un non-jugement, une bienveillance, une confidentialité, un respect, une liberté qui vont être propices à la création de cette confiance, comme le bébé qui a besoin de celle-ci pour s’autoriser à jouer. Selon les personnes, le temps pour construire cet espace sera plus ou moins long. Dans ce lieu, l’individu va pouvoir rejouer l’expérience des premiers stades de la relation avec la mère et ainsi reconstruire sa capacité à jouer, à créer ou lui donner de la puissance.

se sentir vivant grâce à la création
la créativité puissance de vie

 Afin que tout puisse se « rejouer » là où cela s’est figé, là où la vie n’est plus en circulation !!!

         Comment peut disparaître chez quelqu’un le sentiment que la vie est riche de signification ? La quantité et la qualité de l’apport offert par l’environnement dans les expériences premières de la vie du bébé, ont un rôle fondamental. Cependant, rien n’est définitif, la personne se recrée à chaque instant, l’identité est à la fois stable et sans cesse en auto création. Il s’agit de l’autopoïèse ainsi que la nomment Maturana et Varela. Cette possibilité dont dispose l’homme de s’auto-engendrer peut être stimulée tout au long de la vie, et dans ce type d’ateliers en particulier.

Pour en savoir plus sur l’autopoïese https://fr.wikipedia.org/wiki/Autopo%C3%AF%C3%A8se

se sentir vivant grâce à la création

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *